ZELKOVA

Accueil    Billet aléatoire    Voir les catégories    S'abonner aux flux RSS    Vers mon site pro 

Si tu veux avoir peu de temps, ne fais rien

- Anton Tchekhov

Derniers Commentaires

"Télévision" de Stéphane Audeguy

à "Télévision", dans le petit éloge de la douceur de Stéphane Audeguy, on peut lire :

Ce qui est le plus violent dans la télévision, ce n'est pas son contenu, ni même la possible déréalisation qu'elle peut produire. C'est que l'image télévisuelle ne semble jamais manquer de rien. Elle n'a pas de hors champ : on n'y remarque pas une absence (dans les émissions dites littéraires, par exemple, aucun poète). La hantise de la télévision, c'est l'interruption du flux, la coupure son, la grève, tout ce qui pourrait affecter sa continuité. Quiconque cesse de la regarder, ne serait-ce qu'une semaine, et la rallume brusquement, peut mesurer sa vulgarité, l'insignifiance de la majorité de ses programmes.

Classement et notation de manga (anime)

Parlons manga !

Parlons culture populaire et fleuron de l'animation japonaise !

Parlons peu, parlons bien.

Voici deux classements complètements subjectifs qui présentent quelques séries et films sorties de l’animation japonaise dont je m'octroie le droit d'attribuer des notes.
Il y a sur le net quantité de ressources sur le monde du manga avec des classements et des notations (voir commentaires après les tableaux) mais ceux que j'ai rencontré ne m'ont pas souvent donné satisfaction. Aussi je me lance, sans pudeur ; en restant sur une short-list de manga qui m'ont marqué.

Au début, je voulais reprendre les critères de Salvador Dali lorsqu'il avait "noté les peintres" (de Raphaël à Mondrian en passant par lui-même) comme "Technique", "Mystère", "Inspiration"… mais ça faisait pas sérieux (si vous voulez le scan de ses notes, demandez-moi).

Je balance le tableau et mes notes, puis on en discute, mais tout d'abord, jetons un coup d'œil aux différents critères qui déterminent la note finale.

Lire la suite

Merci Monsieur Méroll

À l'approche du téléthon, je tiens à attirer l'attention sur une autre œuvre caritative, tout aussi louable, celle lancé par le digne président des huiles Méroll.

Pour visualiser en plus grand (et pouvoir lire le texte) voici le lien vers l'image plus grande.

Je vous renvoie aux Requins Marteaux que j'ai encore recroisés au festival de BD de Colomiers il y a deux semaines.
Albi en force !

Kazuo Ono, The Dead Sea

Buvant seul sous la lune - LI PO

Buvant seul sous la lune

Un pichet de vin au milieu des fleurs,
je bois seul, sans compagnon
levant ma coupe je convie la lune claire
avec mon ombre nous voilà trois
la lune hélas! ne sait pas boire,
et mon ombre ne fait que me suivre
compagnes d'un moment, lune et ombre,
réjouissons-nous, profitons du printemps
je chante, la lune musarde
je danse, mon ombre s'égare
encore sobres ensemble nous nous égayons
ivres chacun s'en retourne
mais notre union est éternelle, notre amitié sans limite
sur le Fleuve céleste là-haut nous nous retrouverons

Li Po (701-761) extrait de Li Po - buvant seul sous la lune - l'immortel banni sur terre des éditions Moundarren.

Le Fleuve céleste = La voie lactée.

Biennale du Design de St-Etienne

Hello !

A St-Etienne, il fait froid dans les rues vides, mais on peut y voir tous les deux ans des objets qui justifient amplement l'achat d'un bonnet et d'une paire de gants.

Profitant qu'un ami expose un luminaire de son cru à la Biennale Internationale du Design de St-Etienne, nous nous sommes retrouvés pour découvrir les expositions.

Pour moi ce fut une première. Je ne connais le design d'objets que d'assez loin même si je trouve l'univers assez fascinant.

(vue de l'extérieur de la Manufacture - complexe de bâtiments qui accueillaient la majeures partie des expositions)

Lire la suite

Uniqlock

Nouvelle saison (3) du site UNIQLOCK avec de nouvelles chorégraphies ainsi que de nouvelles musique de Fantastic Plastic Machine.

Le principe ne change pas même si on découvre quelques nouveaux détails (comme les ptites bêbêttes) et dans le menu à gauche se trouve la nouvelle collection d'UNIQLO avec une façon très chouette pour présenter les vêtements (Menu > 20 color T-shirts).

Enfin, toujours le petit UNIQLOCK transportable pour blog ainsi qu'un économiseur d'écran que je présentais déjà dans ce billet.

Lire la suite

I love egg - mangez des œufs

Toujours dans l'univers "jeunesse", je vous présente ce clip qui n'est pas nouveau, mais Zelkova ne pouvait passer à côté de ça.

Lire la suite

Private jokes de graphistes

Parce que nous autres graphistes sommes de grands rigolos, je m'en vais vous montrer 2 projets de designers qui s'adressent sur un ton humoristique et décalé à d'autres designers.
On nous parle de grille, de clipart, de Din, ... et quand même de clichés chez Viiiz.

La version rouge pour Design Police, et la version jaune pour Viiiz.

Lire la suite

Bien vu!

O.C.E.A.N. A.T.L.A.N.T.I.Q.U.E.

Peu de blabla dans l'immediat, mais beaucoup de visuels de la Bande Dessinée qui m'a le plus influencé: j'ai nommé Philémon de Fred

Lire la suite

Mushishi

1er article de la catégorie "Mes références", pour info, les sujets viennent comme ça sans être vraiment d'actualité. C'est plutôt pour parler des choses qui m'ont marqué.

Je m'en vous parler d'un Anime qui m'a particulierement touché.

Je suis loin d'être un manga addicted, pourtant quelques uns retiennent mon attention, je parle par exemple des longs métrages comme Mind Game (qui méritera sûrement un billet à lui tout seul tant il est riche graphiquement), comme ceux de Miyasaki et Takahata (plus connus), comme de la série Samurai Champloo, qui m'a bien plu. Pour info: Shinichirô Watanabe, le réalisateur de Samurai champloo nous avait déjà signé "Kid's Story" court-métrage dans animatrix qui contient une course-poursuite en skate assez chouette.

Ce manga (Anime plutôt), c'est Mushishi

Singulier en beaucoup de points, Mushishi ne ressemble pas à beaucoup d'autres mangas.

C'est une série animée de 26 épisodes adaptée du manga de Yuki Urushibara par le studio Artland en 2005 pour l'écran.
Mushishi a reçu plusieurs prix.

Un homme (un mushishi) enquête et voyage pour étudier les mushis, une forme de vie pas banale; les mushis peuvent entrer en relation avec les Hommes en devenant nuisance ou bienfait.
Il est absent dans Mushishi de tout manichéisme quel qu'il soit! Cette forme de vie primitive ne ressemble pas à notre flaure ou faune, formellement, le réalisateur arrive à ne pas tomber dans de l'amorphe organique qui ressemblerait à des globules rouges en suspension; ils peuvent prendre des aspect assez spéciaux, comme l'épisode magnifique avec l'arc-en-ciel.

Mais ce n'est pas son côté fantastico-ecolo-poetique qui le rend si particulier, c'est le ton de cette série. C'est très calme, voir lent. Si vous voulez voir un combat, quelqu'un hurler, courir ou des gros seins de japonaise, c'est rapé. Là on reste en relation avec la nature de manière très douce.

J'ai été déçu dans les 2-3 premiers épisodes de constater que la série ne se suivait pas (mise à part Ginko le personnage principal, les histoires de chaque épisode sont indépendantes), je m'attendait à une grande épopée avec une intrigue et un dénouement qui mettrait l'avenir de la planète lui-même en jeu.
J'exagère volontairement parce que beaucoup de manga sont construit sur ce schéma, et certains parviennent malgré un scénario un peu téléphoné à vous tenir en haleine.
Si on ne s'engage pas dans une épopée, c'est très bien comme cela. Bien qu'il soit à l'oeuvre des formes de vie très puissantes, le tout est presque traitée de manière anodine et forment un ensemble de petits contes qui n'ont pas la prétention de faire peser sur l'humanité le chaos et la discorde. non, ici, on est plus dans une errance, une ballade. A bien y réfléchir, on se rend compte que ces histoires ne font pas de bruits, pas de fracas grandiloquents, et même si on peut retrouver du suspense ou de la tension, le tout reste très discret, très calme.

Je vais aborder des sujets si ténus que je dois bien être le seul à m'y intéressé
Natsume Soseki dans "A travers la vitre"

Ce n'est pas le manga qui va vous bouleverser pour la pertinence de son intrigue ou qui va vous marquer par des effets surprenants. Celui va vous apaiser simplement, avec une grande économie de moyen.

Un visionnage idéale s'accompagne d'un bon thé vert naturellement parfumé, et accessoirement d'un bon oinje pour les consomateurs avertis.
Non, ça c'est pour les clichés je plaisante, on est pas chez Nature & Découverte non plus.

Une dernière chose:
La forme de la narration. Il est clair que dans les thèmes abordés, il y a une référence évidente au Japon traditionnel.
J'ai également remarqué que chaque épisode se déroule plus ou moins sur le même schéma: 1 problème avec un mushi >> Ginko voit le problème sans le résoudre >> il revient quelques mois plus tard et l'histoire se conclut.
Ce côté récurrent dans le fonstionnement de la série me fait penser à "Histoires fantastiques du temps jadis" chez Picquier poche qui contient un grand nombre de contes très courts qui relatent des histoires de Démons, de Renards, de Tengus et autres créatures malfaisantes.


Quand j'avais lu ce livre, au-dela des histoires, j'avais été intrigué par l'aspect un peu naïf du schéma répétitif des contes; ils commençaient tous par

C'est maintenant du passé. Il y avait...

Et finissaient tous par

ainsi dit-on qu'il a été rapporté.

Qui plus est, les histoires contenaient à peu près toutes la même intrigue.
J'ai donc l'impression que Mushishi emprunte d'une certaine manière "le format conte japonais traditionnel" en apportant un regard neuf, et des intrigues moins récurrentes.

J'ai vu qu'il y avait eu une adaptation cinématographique faite par le père d'Akira (Katsushiro Otomo), je décline toute responsabilités.

David Toiser 2007