LES CRITÈRES

  • graphisme : personnages, décors – dessin, couleur, qualités plastiques
  • histoire : intrigue, narration
  • personnages : profondeur, complexité, crédibilité, qualité des textes
  • animation/réalisation : fluidité de l'animation, mouvements, plans, montage
  • imagination / originalité : dimension fantastique/poétique/onirique, originalité, nouveautés

SÉRIES

mushishi : 9

  • graphisme : 9
  • histoire : 9
  • personnages : 8
  • animation / réalisation : 9
  • imagination / originalité : 10


************************************************************************

samurai champloo : 8,9

  • graphisme : 9
  • histoire : 6
  • personnages : 9
  • animation / réalisation : 10
  • imagination / originalité : 8

bonus : +0,5 pour la BO


************************************************************************

ergo proxy : 7,6

  • graphisme : 8
  • histoire : 7
  • personnages : 8
  • animation / réalisation : 8
  • imagination / originalité : 7


************************************************************************

code geass : 7,4

  • graphisme : 7
  • histoire : 10
  • personnages : 7
  • animation / réalisation : 6
  • imagination / originalité : 7


************************************************************************

death note : 7,3

  • graphisme : 8
  • histoire : 9
  • personnages : 7
  • animation / réalisation : 7
  • imagination / originalité : 8

bonus : -0,5 car la 2e partie fait beaucoup perdre à l'anime


************************************************************************

cowboy bebop : 7

  • graphisme : 6
  • histoire : 6
  • personnages : 9
  • animation / réalisation : 7
  • imagination / originalité : 7

bonus : +0,5 pour la BO


************************************************************************

noein : 7

  • graphisme : 7
  • histoire : 8
  • personnages : 5
  • animation / réalisation : 6
  • imagination / originalité : 9


************************************************************************

hellsing : 6,9

  • graphisme : 7
  • histoire : 4
  • personnages : 9
  • animation / réalisation : 6
  • imagination / originalité : 6

bonus : +0,5 pour la BO


************************************************************************

full metal alchemist : 6,9

  • graphisme : 4
  • histoire : 8
  • personnages : 7
  • animation / réalisation : 5
  • imagination / originalité : 8

bonus : +0,5 pour le dénouement


************************************************************************

evangelion : 6,8

  • graphisme : 5
  • histoire : 7
  • personnages : 5
  • animation / réalisation : 7
  • imagination / originalité : 10


************************************************************************

gto : 6,8

  • graphisme : 6
  • histoire : 6
  • personnages : 7
  • animation / réalisation : 5
  • imagination / originalité : 5

bonus : +1 pour la rigolade


************************************************************************

trigun : 6,6

  • graphisme : 6
  • histoire : 7
  • personnages : 8
  • animation / réalisation : 5
  • imagination / originalité : 7


************************************************************************

love hina : 6,5

  • graphisme : 6
  • histoire : 5
  • personnages : 9
  • animation / réalisation : 5
  • imagination / originalité : 5

bonus : +0,5 pour la rigolade


************************************************************************

last exile : 6,4

  • graphisme : 9
  • histoire : 5
  • personnages : 3
  • animation / réalisation : 8
  • imagination / originalité : 7


************************************************************************

sayonara zetsubou senseï : 6,2

  • graphisme : 7
  • histoire : 3
  • personnages : 6
  • animation / réalisation : 10
  • imagination / originalité : 4

bonus : +0,2 pour le générique super beau


************************************************************************

afro samurai : 5,6

  • graphisme : 8
  • histoire : 3
  • personnages : 4
  • animation / réalisation : 8
  • imagination / originalité : 5


************************************************************************

FILMS

akira : 9,3

  • graphisme : 8
  • histoire : 8
  • personnages : 9
  • animation / réalisation : 10
  • imagination / originalité : 9


# bonus : +0,5 pour la BO


************************************************************************

le voyage de chihiro : 9

  • graphisme : 8
  • histoire : 10
  • personnages : 8
  • animation / réalisation : 9
  • imagination / originalité : 10


************************************************************************

amer béton : 8,6

  • graphisme : 10
  • histoire : 7
  • personnages : 9
  • animation / réalisation : 9
  • imagination / originalité : 8


************************************************************************

mind game : 8,4

  • graphisme : 9
  • histoire : 6
  • personnages : 8
  • animation / réalisation : 10
  • imagination / originalité : 9


************************************************************************

mon voisin totoro : 8,4

  • graphisme : 8
  • histoire : 8
  • personnages : 7
  • animation / réalisation : 9
  • imagination / originalité : 10


************************************************************************

princesse mononoke : 7,6

  • graphisme : 7
  • histoire : 8
  • personnages : 7
  • animation / réalisation : 7
  • imagination / originalité : 9


************************************************************************

le château ambulant : 7,6

  • graphisme : 9
  • histoire : 7
  • personnages : 7
  • animation / réalisation : 7
  • imagination / originalité : 8


************************************************************************

paprika : 7,4

  • graphisme : 8
  • histoire : 6
  • personnages : 6
  • animation / réalisation : 9
  • imagination / originalité : 8


************************************************************************

le tombeau des lucioles : 7,4

  • graphisme : 7
  • histoire : 8
  • personnages : 8
  • animation / réalisation : 8
  • imagination / originalité : 6


************************************************************************

mes voisins les yamada : 7,2

  • graphisme : 8
  • histoire : 6
  • personnages : 7
  • animation / réalisation : 8
  • imagination / originalité : 7


************************************************************************

un été avec coo : 6,6

  • graphisme : 6
  • histoire : 8
  • personnages : 7
  • animation / réalisation : 6
  • imagination / originalité : 6


************************************************************************

metropolis (2002) : 6,4

  • graphisme : 7
  • histoire : 6
  • personnages : 5
  • animation / réalisation : 8
  • imagination / originalité : 6


************************************************************************

tokyo godfather : 6,4

  • graphisme : 7
  • histoire : 5
  • personnages : 8
  • animation / réalisation : 7
  • imagination / originalité : 5


************************************************************************

Je n’ai pas classé tous les animes que j’ai eu le loisir de visionner, évidemment.
Le but n'est pas ici de faire des critiques de séries et films ; l'intérêt de ce classement a été dans un premier temps de tracer des critères de jugements qui me semblaient adapté à ces films, ou du moins, de me poser la question : Qu'est-ce qui me plaît dans un anime?. D'autre part, je me suis posé la question des points forts de chaque anime et ainsi déterminer une note globale. Cette note globale (note moyenne) n'a du reste pas beaucoup de valeur dans la mesure où les critères n'ont a priori pas forcément autant de poids les uns que les autres.
Les notes globales – et ainsi le classement – ne représentent pas forcément l'ordre de préférence que j'aurais établi.

Ce qui a complexifié ma notation a été l'ancienneté des visionnages ; ceux que j'ai vu il y a plus de cinq ans se sont peut-être dégradé ou embellit dans mes souvenirs… (je me demande si je n'ai pas déprécié les séries/films que j'ai regardé il y a longtemps).

On dira que ceux qui sont classés ici valent selon moi le coup d’être vu, s’ils sont là c’est qu’ils ont des qualités qui vous séduiront sûrement. Évidemment, à se lancer dans la japanimation, je vous conseille de commencer par les mieux notés, qui me paraissent incontournables.

Heureusement, il y a forcément des excellents animes que je n’ai pas encore vu (ou oublié de mentionner) et qui méritent sûrement leur place ici. Ce billet est aussi une invitation à suggérer dans les commentaires des séries et films qui vous ont marqués.

L'industrie du manga est synonyme de profusion d'exhaustivité. De par sa popularité croissante en occident, le net fait massivement écho à cette surdimension du manga et de l'anime ; des sites perso et forums aux bases de données P2P, en passant par des ressources incroyables (amusez-vous à parcourir sur Wikipedia le nombre d'articles connexes à Naruto et la quantité d'informations disponibles sur le sujet : exemple pour les "personnages de Naruto"!), la culture manga est omniprésente.

Pour ma part, j’ai parcouru superficiellement le net pour voir les topics de forum ou articles qui présentent des « classements » d’animes. Le croirez-vous : il y en a une quantité astronomique bien sûr ! Mais la plupart sont des topics de forum du genre : « quels sont selon vous les 3 (ou 5) meilleurs animes? », et là c'est la catastrophe. Vous vous retrouvez avec 10 pages de 20 posts bourrés de fautes d'orthographes, affublés de signatures dégueulasses, accompagnant un avatar de Luca des Frères Scott ; qui listent une dizaine de séries

parce qu’ils sont tous énormes^^

et ça ressemble à ce genre de trucs :

salut

moi c :

BLEACH ( trop de la bombe )
NARUTO( bon a partir d un momment ca devient chiant)
FMA (un traditionnel)
FMP (un traditionnel)
RAHXEPHON (l histoire est sympa mais bizarre qd meme !)
BLACK CAT (c cool )
LA LOI D UEKI (que du combat evac une histoire rapide !!)
NOEIN (c matrix version feminin )
RAVE (aventure sympa koi)
etc...... .


************************************************************************

Kel mangas préféré classeriez-vous en 5 places ?

Pour moi c :
1. Naruto
2. Death Note
3. Fullmetal Alchemist (FMA)
4. Märchen Awaken Romance (MÄR)
5. Yu-Gi-Oh


************************************************************************

moi c plutos :
1-death note
2-saiyuki
3-naruto
4-one pice
5-les enquétes de kindaichi


************************************************************************

1) Dragon Ball Z
2) Naruto
3) One Piece
4) Full Metal Alchemist


************************************************************************

on les connait pas tous tes mangas^^donc c’est dur de faire un classement, donc je te montre mon propre classement :

1-yugioh
2-fullmetal
3-bleach
4-death note
5-naruto


************************************************************************

Eh bah pour moi c :
1. naruto
2. bleach
3. death note
4. enfer et paradis
5.hunter x hunter


************************************************************************

-dbz
-yu-gi-oh
-bleach
-naruto
-olive et tom le retour

etc. etc.
Rien trouvé de très excitant.

Pour l'anecdote : petite capture d'écran d'un message d'un forum WOW qui mentionne Mushishi (accompagné d'une signature un peu décalée^^ les gamers comprendront…)

// annexe //

CRITIQUES

Animeka est un site collaboratif qui contient un grand nombre de ressources, bien pratique pour dénicher des séries à voir. Cependant les critiques manquent parfois de recul, de même que le système de notation est mal utilisé par les internautes ; à voir les scores, il semble que la plupart des visiteurs mettent "10" pour les séries qu'ils aiment et "0" quand ils n'aiment pas… difficile de se faire une idée du coup.

Mes critiques publiées :

Voilà une histoire qui est autant une réussite sur le manga de Taiyo Matsumoto que sur le film du Studio 4°C !

L'histoire très émouvante de Noir & Blanc, qui mêle amour fraternel et violence naïve... Sur fond de conflits de yakuza, on suit ces deux gamins désœuvrés qui ne connaissent que la voie de la violence pour survivre dans une ville polymorphe.

Blanc et Noir me font penser au duo de "Des souris et des hommes" de John Steinbeck : une partie à l'esprit vif et acéré et une autre dont le cerveau s'est arrêté au stade de bébé, mais en définitive : 2 parties qui forment un tout indissociable. La ville est d'ailleurs le reflet des enfants : un univers où les parcs d'attractions et de jeux se développent tandis que la violence fait rage, un monde rempli de couleurs vives et de formes délurées qui paradoxalement semble devenir inhospitalière aux hommes tandis qu'elle se développe. Du reste, le titre exprime clairement le rejet d'une urbanisation amère…

Le paradoxe et les contraires sont une constante dans Amer Béton, le sadisme et le cynisme qu'on lit sur le visage des deux enfants "innocents" nous renvoie une violence beaucoup plus criante que les litres de sang qui sortent soudainement de la tête de yakuza anonymes. Même s'il y a un personnage qui joue un peu le stéréotype du méchant, la plupart des protagonistes offrent une dualité qui donnent de la consistance et rend crédible un univers irréel.

Visuellement, Amer béton est une grande réussite. Le trait tremblotant, les perspectives exagérées, des expressions uniques données aux visages ; on retrouve la même audace, la même expressivité que chez Bill Plympton (dans un style différent bien entendu). Les visages des chats renferment bien ce couple innocence/démence.
Les nombreuses scènes d'actions (courses-poursuites, combats) sont assez spectaculaires et très bien animées.
Les vues de la ville sont également très belles, rien n'est lisse, il y a un travail du détail et des formes qui semblent recouvrir la moindre petite parcelle de mur. Remarquez en arrière-plan tous ces murs sales, ces coulures, ces ferrailles rouillés, rien n'est limpide, à part le ciel.
Cette richesse graphique ne nous étonne pas si l'on a connaissance de l'excellent et déjanté Mind Game (film plus expérimental du Studio 4°C) sorti 2 ans plus tôt.

20 ans après Akira, le Japon nous propose une autre lecture d'un futur empreint de pessimisme, mais sur fond coloré et faussement joyeux.

On verra dans Amer Béton ce qu'on veut : lien fraternel, ville déshumanisée, enfance perdue entre jeux et violence etc. peu importe.
Inutile de se poser de grandes questions, de trop surinterpréter ; Amer Béton est un film qui s'adresse autant aux amateurs de graphismes novateurs et exigeants qu'au fan de manga qui aime voir des combats bien rythmés, Amer Béton restant très accessible et nullement élitiste mérite une médiatisation plus grande.

Sayonara Zetsubou Sensei est un ovni.
Pourtant le formule est bien connu : ça se passe dans une classe de collégiens avec un professeur complètement atypique et des élèves tous plus caricaturaux les uns que les autres.

Pour prendre une formule un peu sur-faite ; je dirais que cet anime a les qualités de ses défauts : les personnages sont tellement exagérés dans leur tempérament (devrais-je dire dans leur névrose) que chaque épisode est construit comme une succession de dialogues et d'interventions qui hachent la trame de l'histoire. Il serait du reste un peu inconvenant de parler d'"histoire" tant l'anime se moque des règles narratives usuelles.
A première vue, ça sent la série bâclée où la narration est mal (ou pas du tout) gérée mais…

Mais il n'en est rien ! Sayonara Zetsubou Sensei surprend par son audace. Ce je-m'en-foutisme affiché, cette tendance qu'à le réalisateur à faire "ce qu'il veut quand il veut", à tout se permettre, a un côté jouissif et libérateur.
Kumeta Kôji n'hésite pas à intégrer quantité de textes (inutiles?), de photo-montages gratuits imbriqués en clin-d'œil dans certaines scènes, il impose un rythme que personnellement je n'avais jamais rencontré ; rythme rapide, saccadé, très novateur, un peu expérimental. Dans Sayonara Zetsubou Sensei, on apprécie plus le montage que la narration.
Certains dialogues sont tordants et on assiste régulièrement à des épisodes parodiques, où l'anime cite le monde de l'anime sur fond d'auto-dérision.

Le réalisateur expose par ailleurs une grande maîtrise graphique avec une bonne gestion de la couleur et des motifs.
Signalons par ailleurs que les génériques de la saison 1 & 2 sont tout simplement magnifiques (bien que là également complètement déconnectés de l'esprit de la série) et révèlent une grande maîtrise des conventions graphiques et typographiques.

En conclusion, Sayonara Zetsubou Sensei fait partie du vaste panorama de l'anime et permet d'exposer une nouvelle facette de l'animation contemporaine : rapide, hachée, insouciante et libre. Oui, c'est peut-être cette liberté que prend le réalisateur qui nous séduit ; et si on pouvait se permettre ce qu'on voulait?

Jigoku shoujo prend le parti de ne traiter presque exclusivement que de sujets tels que l'injustice, le désespoir et la souffrance.
En cela, on se retrouve confrontés à des scènes assez dures dans la mesure où le sentiment d'injustice se transfert bien de l'anime à nous. Par ailleurs, la succession et la répétition de ces thèmes imposent au fil des épisodes un climat bien particulier qui est la grande force de cette série.

Cet atout qui marque la singularité de l'anime joue sur la redondance dans une sorte de spirale infernale. Jigoku Shoujo frise avec la monotonie dans le premier quart de la saison, et d'une manière générale la série manque un peu de rythme.
Heureusement, son atmosphère unique gorgée de mélancolie nous plonge dans ces histoires inexorablement douloureuses. Cette réussite réside évidemment dans le personnage de la fille des enfers (Enma Ai), une esthétique née du paradoxe de "kawai ténébreux" très séduisant (sa voie japonaise est tout à fait remarquable) qui est le véritable fil rouge (*private joke*) entre des épisodes assez indépendants.

La bande originale et les graphismes sont de très bonne facture, l'animation en revanche manque souvent de fluidité.

Dans le schéma de la série, Jigoku Shoujo m'a fait penser à Mushishi : chaque épisode nous raconte une histoire isolée qui déborde rarement sur un autre épisode, puis la sauce commence à prendre au fil du temps et on s'attache aux personnages secondaires.

En résumé, Jigoku Shoujo est un bon anime qui a le mérite de poser une ambiance unique, les épisodes se laissent bien regarder et je garde un bon souvenir de la série. On regrettera néanmoins le "petit quelque chose" qui aurait pu faire décoller la série, peut-être en exploitant d'avantage l'imagerie d'un univers décalé et fantastique (je pense notamment au carrosse avec la tête de Wanyudou à la place des roues ou encore à l'oeil de son acolyte…).

Gungrave est un anime basé sur deux faces (flashbacks & présent) ; ces deux faces ont beau s'imbriquer l'une dans l'autre au niveau de l'histoire, elles offrent cependant deux styles assez hétérogènes et pas forcément cohérents.

Les personnages sont bien posés pendant la période "mafia", on assiste à un ensemble de personnalités charismatiques avec en toile de fond, une menace latente (qu'on nous a annoncé au premier épisode) qui installe une ambiance assez pesante mais très réussie. On nous parle d'ambition, de fidélité, d'honneur et de fraternité.

Si les qualités narratives sont bien présentes dans l'ascension de Brandon & Harry au sommet de la mafia, l'arrivée de Grave vers les deux tiers de la série change littéralement le ton.

Le parti pris de l'anime est de rompre au dernier tiers de la série avec la période "mafia". Hélas, ce n'est pas une réussite ; que ce soit les combats, les personnages, les dialogues ou même l'intrigue, tout devient caricaturale et grossier. On retombe dans le "shônen baston" simpliste : affronter des adversaires toujours plus plus plus fort sur un scénario où l'on a perdu toute subtilité. Un homme qui dézingue toute une armée… Certes, on en prend pleins les yeux, mais Grave a un aspect bovin un peu énervant et les personnages n'offrent plus la richesse qui nous avait séduit dans le début de la série.

A noter que pendant toute la série, tous les personnages féminins sont des potiches finies, c'est un anime très masculin.

En conclusion, Gungrave possède de belles qualités, qu'elles soient graphiques ou narratives (ainsi qu'une bande son de qualité), mais le dernier tiers de la série est tout simplement décevant par son côté bourrin et caricaturale. La fin tente de relier les deux univers, avec plus ou moins de réussite.

Et enfin la critique de Mushishi que j'avais publié sur mon blog.

Et pour ceux qui sont aller jusqu'en bas de ce billet ; un cadeau ! Toujours animé, toujours japonais : Wamono d'Hifana, un clip d'un groupe que m'a fait découvrir Manu :

Merci à Édouard puis Maxime qui m'ont fait découvrir bon nombres de séries :-)