Voilà j'ai fait le malin avec ma petite présentation à la con, maintenant il s'agit d'assurer...

Littérature

De suite les grands mots.
Bon clairement, mon auteur japonais préféré, c'est

  • NATSUME SOSEKI (1867-1916): J'ai lu une pelleté de ses livres; en général il ne se passe rien mais les personnages sont plutôt comiques. Je vous recommande Botchan ou Je suis un chat qui sont plutôt légers et humoristiques; ça peut paraître un peu réducteur, mais l'humour très fin et subtil de Soseki est assez particulier, rien que pour ça, ça vaut la peine. Oreiller d'herbe garde ce ton un peu satirique tout en apportant une bonne dose de contemplatif (j'ai pas dit "chiant") qui séduira les esthètes que vous prétendez être.

En outre, ses livres sont le témoignage saisissant d'un Japon en pleine métamorphose (ére Meiji) avec l'émergence de la modernité; même sans être féru de l'histoire du japon, on peut trouver marrant un mec qui portait à l'époque un kimono traditionel avec un chapeau melon de type anglais.

  • RYUNOSUKE AKUTAGAWA (1892-1927) (qui laisse ces deux mots à son suicide: "vague inquiétude") écrivait des nouvelles et contes. Je n'ai lu que Rashômon et autres contes mais ça m'a suffit à me faire idée du talent du bonhomme. Du lourd.
  • YUKIO MISHIMA (1925-1970): La façon dont ce grand écrivain est décédé ravira les amateurs de folklore; il s'est donné la mort publiquement par éventrement avec l'aide d'un sabre (Seppuku). J'avoue que c'est bien la classe mais très honnêtement, je ne connais pas trop cet écrivain, de ce que j'ai lu, je vous invite à lire Dojoji et autres nouvelles qui en contient une nommé "Patriotisme"... prenant! Pas étonnant qu'il était passionné du livre suivant:
  • LE HAGAKURE (1710-1717) de YOCHO YAMAMOTO (1659-1719) est un recueil de maximes, prenons la dernière du livre:

Si vous atteignez trop rapidement la gloire, les gens deviendront vos ennemis, et vous ne serez d'aucune utilité. Si vous vous élevez progressivement dans le monde, les gens seront vos alliés et vous serez heureux.
A la longue, que vous ayez été rapide ou lent, dès lors que vous avez acquis la compréhension des autres, rien ne vous menace plus. On dit que la chance qui nous est donné par les autres est la plus sûre.

  • Sinon je projette de lire depuis pas mal de temps les fameuses Notes de chevet de Sei Shonagon, un classique parait-il.

Après avoir essayer de me la raconter avec les romans (je vais faire pire plus loin), on va envoyer de la...

Musique

Là, je connais pas trop j'avoue. J'ai cependant quelques morceaux à vous proposer, assez variés.


DJ Krush - Chie No Wa feat Tha Blue Herb de l'album Code 4109 - du rap japonais!


DJ Krush - Beyond raging waves feat Shin'ichi Kinoshita de l'album Jaku


YMCK (myspace) - Come On! Swing All Stars de l'album Family Racing - un peu rebutant au début (musique 8 bits oblige), une fois qu'on s'y familiarise, on peut vraiment aimer le travail de rythme et la mélodie.


Ryuichi Sakamoto - Bibo No Aozora extrait de la bande originale du film Babel - j'avais découvert ce compositeur lors de sa collaboration avec Alva Noto dans l'album très minimaliste Vrioon


Nobuo Uematsu - Mining Town extrait du jeu vidéo Final Fantasy VII - bon ben là je dois avouer que je suis nostalgique car j'avais beaucoup aimé le jeu, la musique me rappelle de très bons souvenirs ;-)

Peinture

D'une manière un peu facile, je vais restreindre à Katsushika HOKUSAI. J'occulte le reste même si je connais beaucoup d'autres artistes (notamment dans l'estampe) mais bien que archi connu, Hokusai a été énormément productif et ce qui me touche le plus dans sa pratique, ce sont moins les estampes (dont j'avais consacré une recherche) que les dessins & peintures, je vais donc aller jusqu'à restreindre cette partie à ses peintures. Je ne vais pas trop me fatiguer à les commenter, le but c'est de faire découvrir des belles choses...


Autoportrait à l'âge de 83 ans


Le monstre à trois yeux, le moine musicien et les deux femmes au cou extensible extrait de la Manga - (1814-1878)


Vent soudain extrait des Innombrables croquis de Hokusai Vol.2 -1834


Le mont Fuji vu au-dessus des vagues extrait de l'album des Cent vues du mont Fuji Vol.2 - 1835


Le dieu du tonnerre Raiden - 1847 (agé de 88 ans... je voudrais bien avoir ce coup de main plus tard. Au fait, dans les citations aléatoires du blog, il y en a une d'Hokusai où il parle de son âge et du dessin...)

Bonsaï

Je résiste pas plus longtemps à vous montrer quelques arbres fabuleux, là aussi je pourrais me perdre dans l'abondance et l'exhaustivité, mais d'une part ça me prend énormément de temps de scanner, retoucher, redimensionner, uploader les images, et d'autre part, j'essaye de montrer un peu de tout et pas beaucoup de tout.


Mahime de Takeo KAWABE


Forêt de Chamaecyparis de Masahiko KIMURA


Acer de MURATA

Ceux qui me connaissent savent l'attachement que j'ai à la culture des bonsaïs. là je ne vous renvoie pas à des arbres en particulier (même si les deux premiers qu'on voit ci-dessus sont très réputés) mais plus à considérer la pratique en elle-même; où l'intérêt réside peut-être plus dans la discipline en elle-même que dans la production.
J'ai eu la décence de ne pas montrer des créations personnelles (je suis pas japonais hé!).

Manga & Anime

Il y a beaucoup de ressources sur le web sur le sujet; et un peu à l'image de la production frénétique de ce marché en progression constante, il y a beaucoup de daubes à jeter.
Personnellement, j'en ai regardé/lu quelques uns, et parfois, devant des dessins mauvais, une animation bâclée, un scénario téléphoné ou des personnages creux, j'abandonnais le visionnage dès le premier épisode d'une série.

Voici donc quelques exemples qui m'ont beaucoup plu:

  • On commence classique avec Akira de Katsuhiro OTOMO. On ne le présente plus.

  • Toujours dans un certain nihilisme, je vous invite à lire Amer Béton de Taiyo MATSUMOTO. Le trait fragile exprime bien la violence des deux gamins je trouve...

  • Très proche, il y a Mind Game réalisé par le STUDIO 4°C à partir du manga de Robin NISHI. On est pas loin non plus des animations de Bill Plympton, mais restons dans nos frontières...

  • Très connu et c'est mérité, je n'ai pas besoin de vous envoyer vers les long métrages de Hayao MIYAZAKI ?!
  • Enfin on va finir par le manga Blue de Kiriko NANANAN. C'est moins le dessin que la gestion des vides et des pleins qui m'a beaucoup influencé dans ma pratique. Un livre assez silencieux avec un gros travail du noir et du blanc et de la composition.

  • Avant d'en rester là, je signale quand même Samurai Champloo de Shinichiro WATANABE qui fait souffler un vent de fraîcheur dans le style "Je suis un samurai et je nique tout le monde avec mon sabre". L'animation belle et les personnages très attachants font oublier un scénario un peu pauvre.

Graphisme

Dans l'abondance récente de la production actuelle, je sors juste quelques trucs de mon Japanese Graphics Now de Taschen. Il y aurait beaucoup à dire et à montrer, mais c'est la même chose que pour les autres domaines, c'est une mise en bouche de choses qui m'ont plu. Qu'on n'attaque pas mes choix, ils sont subjectifs.

  • To-fu Oyako Kubrick Pack par DEVILROBOTS Inc. (je vous laisse vous débrouiller pour leur site internet...) :-°

  • I Love Japan par MOON PROJECT (voir au début).
  • Taku SATO pour Bang & Olufsen. ça rend pas très bien une fois scané... c'est tellement too much dans le minimalisme que c'est vraiment beau.


Yugo Nakamura - Modeller A: Blackribbon - 2002
Lien direct


Yugo Nakamura - Ovale X 3 - 2001
Lien direct

Cinéma

Il me semble que j'oublie des réalisateurs... là ça me revient pas trop.
Inutile que je les décrive, je vous envoie à chaque sur la fiche allociné (pas très exhaustive), j'espère que ça vous donnera envie!

Poésie

C'est là qu'on va vraiment se marrer.

Je vais pas donner de recette pour apprécier les poèmes ou les haïkus; mais j'aimerais juste signaler qu'il ne faut pas y chercher une trop grande réflexion avec beaucoup de références intellectuelles. C'est un art subtil et fin, mais qui ne demande pas forcément une grande sensibilité pour y adhérer. Il ne faut pas lui attribuer un caractère mystique ou trop intellectuel, mais je crois qu'il faut y voir la traduction d'un instant, d'une sensation, d'un évènement (Roland Barthe qualifiait le Haiku d'une "sorte de balafre légère tracée dans le temps").

Sans entrer dans le détail, les auteurs qui traduisent ces poèmes mettent souvent en garde le lecteur: ces poèmes étant tellement court, les différentes traductions qu'on peut faire d'un même poème peuvent changer la syntaxe, le vocabulaire et le ton. Certains auteurs japonais incluent des mots qui sont à mi-chemin entre l'onomatopée et le verbe sans parler des ambiguïtés, si souvent recherchés par les haïkistes qui renvoient à des doubles sens. Par ailleurs la traduction a parfois du mal à conserver la sonorité des mots si tant est qu'on souhaite se rapprocher au maximum du sens.
Quant à parler de la structure du Haïku qui propose traditionnellement un nombre de syllabe selon ce schéma: 5/7/5... le traducteur doit-il ou non s'encombrer de ça?

Usé par le temps -
mon coeur le sait et le vent
transperce mon corps!

Devant un éclair
l'homme qui ne comprend pas
est bien admirable

Souvent haïssable
est le corbeau - et pourtant
ce matin de neige...

D'être vert
lui suffirait déjà
le piment

  • RYOKAN (1758-1831) est un peu le "St François d'Assise du Bouddhisme, il a quitté la maison de son père qui était chef de village pour aller suivre la voie de moine ce qui est relativement gonflé de sa part. Il a passé sa vie en ermite en mendiant tandis qu'il composait des poèmes. Ces derniers exprimaient clairement le dépouillement de sa vie.
    Dans le livre "Le moine fou est de retour" (éditions Moundarren) on trouve ses poèmes composés à Gogo an ("l'ermitage cing mesures de riz" car c'est la quantité qu'il recevait chaque jour du temple jusque dans sa montagne). Ces poèmes pris individuellement sont pas très attirants, mais le principe de série avec certaines répétitions dessinent petit à petit le personnage qu'il était. Je vais me contenter d'exposer ici d'autres poèmes, des haïkus en l'occurrence.
  • Un peu ivre
    le pas léger
    dans le vent du printemps

    Un soir où il franchit le seuil de sa cabane au retour d'une promenade, Ryōkan s'aperçoit que ses maigres biens ont disparu. Il compose alors ce haïku :

    Oubliée par le voleur :
    la lune
    à la fenêtre.

  • Et d'autres encore...

Quel est le con qui est allé
pisser
sur cette neige fraîche

Kikaku

Dans la veranda, la mouche
frotte ses mains suppliantes
on la tue

Issa

Il m'accompagnait
à distance
l'épouvantail

San'in

Dévoré par un chat!
l'épouse du criquet
crie son deuil

Kikaku

Et je vais finir par un de mon ami Soseki que je trouve très bon :-)

Un camélia
Tomba, tuant
Un taon

Ah et sinon, histoire de finir mes échantillons de culture japonaise, sachez que j'ai appris ce week-end à jouer au Go ;-)

Si cette lecture vous a donné envie de lire un livre, de vous intéresser à un artiste ou la simple envie de retenir trois vers, alors tant mieux!